Apprendre à pratiquer l’acceptation

L’acceptation est une pratique ancestrale qui permet un des meilleurs techniques de gestion de notre stress aujourd’hui. La gestion, de nos angoisses, anxiété et états de stress est aujourd’hui et encore possibles par le simple fait de les accepter.

Accepter tout et n’importe quoi au quotidien ne rime pas avec le fait de subir notre vie.

 

L’acceptation est un art il faut apprendre et pratiquer au quotidien. Comme toute chose c’est une pratique qui s’entretient dans le temps et qui évolue en même temps que nous. Celle-ci permet une grande prise de recul sur de multiples les événements de notre vie, qu’ils soient positifs ou négatifs.

Vivre dans l’acceptation c’est savoir se maîtriser et contrôler ses émotions par la gestion de nos réactions. Cette pratique peut donner l’impression de survoler les événements ainsi que de ne pas s’impliquer dans leur résolution. Il faut savoir qu’accepter une chose, est meilleure preuve de gestion de celle-ci.

 

Il est important de comprendre les limites et les frontières de l’acceptation, car nous ne pouvons pas tout accepter sous peine de passer à côté de choses importantes.

De plus, la révolte permet également d’évoluer et de prendre de bonnes décisions en temps voulu. Je t’explique tout ça dans cet article.

 

Pourquoi pratiquer l’acceptation ?

 

Pratiquer l’acceptation c’est comme prendre un ascenseur afin d’obtenir un point de vue global de la situation pour la gérer du mieux que possible. L’acceptation nous permet de prendre les meilleures des décisions pour nous permettre ainsi de réduire notre champ d’erreurs.

C’est également un moyen de penser qui demande moins d’énergie pour de plus grands résultats. Cette méthode offre également l’opportunité de trier automatiquement tout le superflu pour trouver et aller directement à l’essentiel.

Penser ainsi c’est réussir à faire preuve d’une maturité conséquente et avantageuse.

L’acceptation rime avec la sagesse et permet donc de gérer au mieux l’ensemble des événements auxquels nous sommes et sera confrontée au quotidien. Nous pouvons la pratiquer pour tous et toutes réactions qu’elles soient les nôtres ou non.

 

Cette pratique est de plus en plus courante au sein du monde hyper connecté que nous côtoyons au quotidien. Nous manquons cruellement d’acceptation aujourd’hui et c’est la raison pour laquelle le stress est plus présent que jamais.

 

L’amour du destin

 

Selon certaines croyances nous possédons tous dans notre intérieur un certain destin qui résume notre parcours et un voyage pour atteindre une destination précise. Ce destin selon les écrits est inviolable et imperturbable.

La théorie raconte donc que nous ne pouvons pas y échapper malgré tous les efforts que nous pouvons entreprendre.

Cette affirmation permet de comprendre que nous sommes tous destinés à des choses précises, quel que soit le parcours que nous entamons afin de les atteindre. “ L’important c’est le voyage et pas l’arrivée” telle est une citation du livre Le Guerrier pacifique.

Le destin nous ramène donc sur le fait que nous devons accepter ce qui nous arrive, car de toute façon l’arrivée sera la même. Nous concentrer ainsi et sur le but final permet donc de faire abstraction et d’accepter les moments qui peuvent être difficiles.

 

Selon des écrits anciens, nous possédons tous un destin. Celui-ci sera atteignable malgré tout ce que nous pouvons faire ou ce qui peut nous arriver.

Ils revient donc, par une pensée rationnelle d’accepter l’ensemble des événements que nous traversons, car nous savons que nous arriverons là où nous devrons être.

 

Un point de vue surélevé 

 

En pratiquant l’acceptation, il nous est nécessaire de prendre de la hauteur constamment. En prenant de la hauteur, nous arrivons à voir plus loin, plus haut et surtout plus clairement.

Ce recul nous permet de voir l’ensemble de la situation sous un autre regard. Celui-ci nous permet de nous détacher de nos émotions que nous ressentons sur le moment. Ainsi, nous ne subissons plus l’impact émotionnel et nous arrivons à mieux penser avec notre raison et notre rationalité.

Le fait de penser de la sorte va nous permettre de prendre des décisions plus claires, plus précises et plus intelligentes et d’améliorer notre point de vue.

Décider de cette manière nous permet de ne pas regretter nos décisions, qui auraient été prises sous l’influence éventuelle de nos émotions négatives. Cette prise de recul est essentielle pour les grandes décisions et c’est elle qui nous amène sur le bon chemin.

 

Le recul est un facteur clé de réussite dans beaucoup de décisions importantes. S’élever pour mieux observer, c’est donc voir l’ensemble des solutions possibles.

Par une telle hauteur et bonne compréhension de la situation, il nous reste juste à choisir la meilleure décision parmi celles envisageables.

 

Gérer la prise de contrôle

 

Avoir le contrôle de nos vies reste un aspect essentiel pour maîtriser nos attitudes et comportement afin de nous rendre là où nous voulons aller. Le contrôle est une chose qui reste positive et méliorative.

Mais, mais quand celui-ci est pratiqué dans l’excès, il peut vite être négatif et justement nous faire perdre nos moyens. Trop vouloir contrôler tout ce qui nous arrive ne laissera aucune place à notre destin.

Le seul problème est quand surviennent des événements non désirés difficilement gérable.

Si nous sommes habitués à pratiquer le contrôle sur tout et n’importe quoi, ce genre d’événements peuvent nous faire chavirer. Comme le dit la phrase “dans la vie tout est bon avec modération“, il en est aussi pour ce qui touche le contrôle.

Il nous est juste nécessaire contrôler uniquement ce sur quoi nous possédons le pouvoir de changement.

 

Contrôler l’incontrôlable revient à avoir des objectifs et des attentes inatteignables. Ceux-ci peuvent nous causer une grande insatisfaction sur le long terme et nous plonger dans la négativité jusqu’à la dépression.

 

Pour conclure

 

Accepter c’est tout simplement vivre et comme nous le devons. Il faut apprendre à reconnaître que certaines expériences douloureuses font partie de notre parcours.

De plus, il nous faut prendre du recul pour optimiser notre prise de décision et réussir à voir plus loin. Pour terminer, il est essentiel de contrôler uniquement ce dont nous avons le pouvoir de changer.

Comment vaincre nos peurs les plus profondes

Nos peurs sont à l’origine de notre stress, de nos crises d’angoisse ainsi que notre anxiété. Les comprendre dans leur fonctionnement ainsi que dans leurs origines est nécessaire pour les gérer au mieux.

Il nous faut comprendre qu’une peur ne naît jamais de façon hasardeuse.

 

L’ensemble de nos peurs sont personnelles, elles peuvent évoluer selon nos expériences et nos conditions de vie. Pour les maîtriser, nous allons donc voir dans cet article comment s’y prendre de manière simple.

Je vais aussi expliquer dans cet article comment certaines d’entre elles elle se transformer en phobies et nous bloquer en nous privant d’épanouissement.

 

Cet article va t’aider à maîtriser les changements et les évolutions qui concernent tes peurs. Il te permettra aussi de leur faire face et de les conquérir en les coupant à la racine.

Car il faut toujours garder à l’esprit que nos peurs sont ce qui nous empêche de vivre au quotidien.

 

Pourquoi vaincre nos peurs ?

 

Vaincre nos peurs c’est avant tout du progrès. La notion de progrès est une notion essentielle pour notre espèce, qui est celle de l’homme,  et pour notre vie. Nous progressons pendant toute la durée de notre passage sur terre et nous faisons avancer les choses en même temps que nous avançons.

Il nous est donc important de progresser quotidiennement et cette évolution passe par l’affrontement et la maîtrise de nos peurs.

 

Celles-ci chercheront à nous faire stagner ou à stopper notre épanouissement. Il en est tout simplement hors de question. Il nous faut maîtriser nos peurs afin de maîtriser notre vie et donc de nous maîtriser. La maîtrise de soi reste donc l’affrontement de nos peurs les plus profondes.

Cette maîtrise s’apprend, se développe et se transmet.

 

Dans la vie il est important d’avancer coûte que coûte. Comme dirait Martin-Luther-King si tu ne peux pas marcher vol sinon nage ou encore rampe : reste en mouvement.

 

Cette notion de mouvement constant a permis d’assurer la pérennité de notre espèce, siècle après siècle, depuis des milliers d’années. Nous ne devons dans aucun cas casser ce rythme.

 

D’où viennent-elles ?

 

Pour commencer, il est important de comprendre d’où viennent nos peurs. Cette compréhension passe par une analyse de leur provenance physique et mentale. Du point de vue de notre corps, le lieu de résidence de nos peurs qui provoquent ,chez nous, des réactions comme le stress est notre amygdale.

Celui-ci se situe au centre de notre cerveau.

 

C’est la plus vieille partie de notre cerveau conserver depuis la préhistoire, on l’appelle aussi la partie reptilienne du cerveau. Cette partie du cerveau nous envoie des informations grégaires à savoir : manger, se reproduire, dormir et survivre ( se battre).

 

L’amygdale ne travaille pas seule, il utilise notre imagination qui se situe dans notre cortex préfrontal pour nous faire imaginer de terribles scénarios. Ces deux parties du cerveau travaillent en collaboration sur la fabrication et la transmission de nos peurs.

 

Il faut donc comprendre que nos peurs sont le résultat d’un processus biochimique. Celui-ci atteint notre physiologie et notre mental. Il est donc difficile de les faire disparaître, car c’est un héritage qui nous vient tout droit de la préhistoire.

Nous allons donc faire preuve de gestion et non de lutte.

 

Des armes d’autodéfense redoutables

 

Nos peurs possèdent des armes d’autodéfense très sophistiquées et très puissantes. En premier lieu nous pouvons citer le stress, celui-ci va avoir un effet immédiat et choc pour nous plonger dans un état de survie.

L’angoisse et ses crises vont être plus violentes que le stress lorsque celui-ci est accumulé sur le long terme et n’est plus gérable.

 

Pour terminer, les peurs utilisent l’anxiété pour nous affaiblir et nous faire rentrer dans un cercle vicieux de stress constant. La flemmardise et la procrastination sont deux armes bien camouflées qui appartiennent à nos peurs.

L’ensemble des outils que nos peurs utilisent pour nous empêcher de nous épanouir sont diversifiés et ingénieux. Elle agit dans l’ombre sous la forme de pensées, pulsions et de comportements.

 

Comprendre le mécanisme de nos peurs c’est avant tout comprendre les armes que celles-ci emploient contre nous et notre épanouissement. Il nous faut maintenant prendre conscience que ces états ne sont que le résultat de peurs profondes plus ou moins bien dissimulées.

 

Le seul moyen de les faire disparaître

 

Faire disparaître nos peurs sur le long terme et pour toujours, c’est avant tout diminuer l’impact des messages que nous envoie notre amygdale. Afin de réussir cette réduction et moins être influencé par nos peurs il faut nous y confronter.

 

Au début, cela sera très difficile, quand nos peurs seront présentes nous n’aurons que peu de résistance pour leur faire face. Lorsque l’on n’est pas ce processus d’évolution, il ne faut jamais abandonner.

Étape par étape nous construirons une résistance bien plus importante enfin de procéder à des affrontements plus conséquents jusqu’à ce que ceux-ci ne nous impressionnent plus.

 

La seule méthode au monde qui permet de gérer nos peurs reste donc de les affronter. C’est lorsque notre cerveau comprend que nos peurs ou croyances limitantes ne répondent pas à nos scénarios imaginaires qu’il construit notre résilience.Sur le long terme, être résilient permet la maîtrise de soi et celle de notre environnement.

 

Beaucoup de livres filment ainsi que des vidéos mettent en scène des héros qui affrontent leurs peurs et arrivent à trouver le bonheur. Les messages que cela renvoie sont vrais, mais ils nous semblent faux.

 

La seule raison de notre jugement est que nous ne sommes pas capables d’en faire autant dans nos vies. Il nous convient donc dès aujourd’hui de commencer a affronté petit à petit nos peurs au quotidien.

 

Pour conclure

 

Il est capital après la lecture de cet article d’intégrer le fait que nos peurs nous indiquent le chemin à prendre. Maintenant que tu as compris d’où viennent nos peurs, tu sais qu’il ne sert à rien de lutter pour vouloir les faire disparaître.

 

Le seul moyen de s’en sortir vis-à-vis d’elles est de les gérer par la diminution des messages que notre amygdale nous envoie. Cette diminution se construit par une seule et simple thérapie : affronter nos peurs.

 

J’ai résumé l’un des meilleurs livres que j’ai pu lire sur la peur dans un article : Tremblez Mais Osez !

3 Habitudes matinales anti-stress

Parlons d’habitudes. Afin de nous faciliter la tâche, il reste essentiel de commencer notre processus de gestion du stress dès le lever du jour.

En commençant celui-ci de bonne heure, nous parviendrons à mettre plus rapidement la main sur notre stress et à contrôler nos émotions.

De plus, l’ensemble des actions que nous effectuons dans notre routine matinale influencent grandement notre journée entière.

Par le pouvoir de cette influence, nous allons nous servir de ce moment pour mettre en place des habitudes saines, qui vont nous permettre de passer une bonne journée.

Cette technique est utilisée par les grands patrons de notre monde, afin de garder le contrôle sur l’ensemble des événements positifs et négatifs qu’amènent leurs journées.

Il est toujours juste de copier les habitudes et les actions des personnes qui réussissent ce que nous voulons atteindre. Donc, dans cet article je vais te donner les 3 meilleures habitudes matinales pour gérer son stress et ses émotions et contrôler son système nerveux.

Pourquoi gérer son stress dès le matin ?

Pourquoi gérer notre stress dès le matin ? Cette notion est essentielle dans la gestion de notre stress au quotidien. Nous devons comprendre que lorsque nous nous levons, notre esprit et notre corps est engourdi et encore ensommeillé.

Nous allons alors profiter de ce KO technique temporaire afin de leur chuchoter les bonnes pensées et faire les bonnes actions pour leur permettre d’être opérationnels toute la journée.

Il ne faut pas attendre de se réveiller et de subir le stress avant de le gérer.

Cette technique agit donc selon un principe d’anticipation qui permet d’annuler ou de gérer plus facilement le stress lorsque celui-ci apparaît. Nous pouvons aussi noter des effets importants et positifs sur le long terme par l’application de ses habitudes.

Comme le dicton le dit “ le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt“, mais nous pouvons rajouter que ” la gestion du stress et plus facile pour ceux qui se lèvent tôt.

Dans le but d’économiser notre énergie et notre temps, cette méthodologie est optimisée pour notre bien-être routinier.

1) Savoir apprécier le silence

La première habitude consiste dans le fait de savoir apprécier le silence et plus particulièrement le matin. Notre cerveau met du temps à sortir de notre sommeil, car celui-ci était mis en veille.

Pour lui permettre de se mettre en route plus facilement et de la meilleure des manières le calme reste toujours une excellente solution.

Au-delà de son côté apaisant, le silence peut nous permettre de nous recentrer sur nous-mêmes et ainsi de pratiquer la pleine conscience même nous en rendre compte. Cela permet également de recevoir moins d’informations sur ce qui se passe autour de nous.

Nous pouvons donc économiser notre concentration dès le matin et la conserver pour notre journée. Il est alors important de savoir apprécier le silence, surtout le matin.

Le silence est une source d’apaisement et de tranquillité dans le monde hyper connecté que nous côtoyons au quotidien. Savoir nous couper du bruit constant et perturbateur va nous permettre d’améliorer notre concentration et surtout de diminuer notre stress.

Avant de voir cette pratique comme ennuyeuse, il faut nous discipliner pour voir celle-ci comme une opportunité et non comme une punition.

2) Pratiquer une activité physique

Le matin est le meilleur moment pour faire du sport. Ce n’est pas pour rien que les militaires commencent toujours leurs journées par un footing matinal pour être dans la bonne humeur.

Notre corps regorge d’énergie lorsque nous nous levons.

En revanche, notre esprit et nos muscles restent endormis et cela peut traîner pendant l’ensemble de la matinée. Afin de nous réveiller au mieux mentalement, physiquement et nerveusement, il nous faut nous stimuler par le sport.

Une fois notre séance de sport effectuée, notre corps déclenchera des hormones d’endorphine et notre nerf parasympathique commencera à nous apaiser pour nous faire revenir au calme, et ce, dès le matin.

En commençant nos journées avec de telles réactions physiologiques, nous ne pouvons que mieux gérer notre stress.

Le sport agit sur notre mental, il permet l’entretien de notre motivation. C’est notre motivation qui nous permet de gérer efficacement notre stress. De plus, par ses réactions physiques et nerveuses nous permettons à notre corps de respirer avant même de commencer la journée.

Cela provoquera une meilleure fatigue pour trouver plus facilement le sommeil le soir. Pourquoi s’en priver ?

3) Prendre un bon petit déjeuné

Comme nous sommes censés le savoir, notre alimentation joue un rôle clé dans notre énergie au quotidien. De l’énergie, il nous en faut pour gérer au mieux notre stress, surtout si nous sommes confrontés régulièrement à celui-ci.

L’alimentation c’est comme le carburant d’une voiture, plus celui-ci est bon, et plus la voiture pourra rouler longtemps et loin.

Il est donc important de fournir à notre corps le meilleur des carburants qui restent une alimentation saine et équilibrée. Bien manger, avec l’apport des bons nutriments selon nos besoins, va nous permettre également de diminuer notre stress.

Une alimentation saine laisse moins de place aux toxines que nous pouvons stocker dans notre corps et donc nous serons obligatoirement en meilleure forme. C’est cette forme physique qui affectera en bien ou en mal notre forme mentale.

Notre petit-déjeuner, afin de nous apporter l’énergie nécessaire pour le long de la journée, doit être complet. Celui-ci nous apporte les nutriments nécessaires pour toute la journée.

Le midi et le soir nous mangeons salé et des aliments différents. Le seul moment de la journée où nous pouvons réellement être libres dans le choix qui est le moment du petit déjeuner. Quel menu allons-nous donc préparer ?

Pour conclure

Il nous faut attraper le taureau par les cornes, mais surtout l’attraper dès le matin. Pour mieux gérer notre stress, il est important de structurer notre routine matinale afin de commencer notre journée du mieux que possible.

Il faut comprendre que le début de cette journée est crucial, car il anime l’ensemble de nos réactions aux événements positifs et négatifs que nous allons rencontrer.

Avoir de bonnes habitudes le matin c’est donc gérer son stress avec le minimum d’efforts et le maximum de résultats.

Savoir lâcher prise au quotidien

Si nous devions garder une arme pour la gestion de notre stress, ça serait le lâcherprise. Des religions comme le bouddhisme le pratiquent depuis des milliers d’années.

Nous vivons aujourd’hui dans un monde énormément actif, il nous est alors nécessaire de savoir nous détacher de ce mouvement général quotidien. La mondialisation ainsi que la l’information en continu via les réseaux sociaux n’arrange en rien la gestion de notre stress.

Pour gérer au mieux celui-ci dans ce monde, il est important d’apprendre à se déconnecter de ce flux d’informations constantes et stimulantes pour regagner le contrôle sur nos pensées.

 

Il faut nous adapter au monde dans lequel nous vivons, car celui-ci ne s’adaptera pas à nous. Aujourd’hui, les personnes qui ont le pouvoir sont celles qui savent se détacher du mouvement collectif.

En agissant ainsi elles savent trier les bonnes informations, voir les bonnes opportunités et même de prendre soin d’elles.

 

Pourquoi lâcher prise ?

 

Il est aujourd’hui capital de savoir lâcher prise. Les personnes qui réussissent dans notre monde sont celles qui arrivent à prendre le recul nécessaire. Par ce recul elles arrivent à adopter un autre point de vue, elles peuvent donc mieux contrôler leur vie.

Avec un tel recul, elles arrivent également à se détacher émotionnellement de la négativité qui peut les entourer au quotidien. Cette prise de recul n’est donc pas facile lorsque nos émotions sont influencées majoritairement par ce qui nous entoure tous les jours.

Du fait que nous ne pouvons pas nous couper émotionnellement de l’instant présent, il convient juste de se placer en tant que spectateur et d’observer tout simplement.

 

Maintenant que tu connais l’ensemble des bénéfices qu’apporte le lâcher-prise, je vais t’apprendre plus précisément comment t’y prendre. Il existe plusieurs techniques, plusieurs méthodes, mais l’essentiel reste leur but commun qui est et restera de mieux gérer notre stress au quotidien.

 

Savoir ce que l’on peut contrôler

 

Le premier pas vers le lâcher-prise réside en une théorie simple, à appliquer sans modération. Pour comprendre le lâcher-prise, il nous faut tout d’abord comprendre que ce que nous ne contrôlons pas ne peut pas et ne doit pas nous atteindre émotionnellement.

C’est lorsque nous avons intégré ce fait, que la majorité de nos problèmes n’ont pas lieu d’être.

Seules les choses sur lesquelles nous pouvons exercer une influence doivent être considérées. Notre énergie, nos pensées ainsi que nos actions doivent uniquement se tourner vers ce que nous pouvons contrôler. Le reste appartient au monde et nous n’avons pas le pouvoir de le changer.

 

Il faut mettre son ego de côté et accepter le fait que nous ne pouvons pas tout contrôler au quotidien. Cette maladie du contrôle permanent peut créer des frustrations et cette frustration peut se transformer en insatisfaction généralisée dans nos vies.

Celle-ci peut compromettre notre bonheur et notre épanouissement.

 

Voir sur le long terme

 

Beaucoup de choses minimes peuvent créer des grands tracas quotidiens. Ils peuvent nous amener à subir du stress chronique. Ce stress chronique peut se développer et s’entretenir sur du long terme et ainsi atteindre notre santé.

Développer une vision de long terme permet de réduire la taille et l’impact d’un bon nombre de problèmes.

Il suffit de nous demander, en prenant un problème, si celui-ci sera encore présent dans 5 ans. Ou alors, nous pouvons nous demander si dans 20 ans nous penserons encore à ce même problème. Les années ont un grand pouvoir réducteur sur des problèmes qui nous gâchent le quotidien.

Il ne faut donc pas hésiter à les utiliser à bon escient.

 

Voir près permet d’aller plus vite, mais une vision sur le long terme permet d’aller plus loin. Il nous faut retenir que l’ensemble des tracas que nous rencontrons quotidiennement n’ont et n’auront aucun impact sur notre futur.

Il reste donc sage de prendre la décision d’arrêter de les entretenir dès maintenant.

 

Faire preuve d’humour

 

Comme j’ai pu le dire dans de nombreux articles, l’humour peut nous aider à adoucir notre vie. Avoir de l’humour et l’appliquer sur nos problèmes et nos préoccupations nous permet de nous sentir plus grands.

Une particularité de l’humour reste essentielle pour notre bienêtre au quotidien et pour ne pas laisser notre ego nous faire du mal.

Pratiquer quotidiennement l’autodérision permet avant toute chose de rester dans la positivité et de ne pas laisser la négativité nous gagner. En pratiquant cette méthode, nous pourrons également détruire certains obstacles et outrepasser nos pensées limitantes qui nous empêchent de nous épanouir.

Qu’attendons-nous pour faire preuve d’humour ?

 

Au-delà de ses bienfaits personnels et subjectifs, l’humour permet également de faciliter notre socialisation. Quelqu’un de marrant est toujours plus simple à aborder, il permet de partager de bonnes ondes positives. Par leur stress quotidien, beaucoup de personnes cherchent à côtoyer des gens drôles.

Cela permet d’oublier la négativité et de se fondre dans la positivité.

 

Arrêter de se plaindre

 

Les ruminations et plaintes quotidiennes ne nous font pas le moindre bien. Beaucoup de personnes croient encore que c’est en se plaignant qu’elles peuvent extérioriser leur stress. Mais il faut savoir que se plaindre ne fait qu’entretenir nos problèmes donc notre stress et peut transformer cela en anxiété chronique.

La rumination c’est donc la meilleure amie du stress pour nous maintenir dans la négativité. Se plaindre instaure une barrière à la gratitude et ne nous permet pas d’apprécier le moment présent.

Ce comportement, nous pouvons le contrôler, il nous faut juste accepter certaines contraintes afin de ne plus les subir.

 

Les plaintes quotidiennes sont la meilleure communication imaginable pour notre stress. Il se sert de cette technique pour nous rappeler que nous ne pouvons pas nous détendre une seule journée.

 

Pour conclure

 

Le lâcherprise ne tient pas qu’en un seul mot, comportement, ou même attitude. Savoir l’exercer demande une discipline quotidienne et un recul conséquent. Sur le long terme, savoir lâcher prise nous permettra d’acquérir la maîtrise de soi.

La maîtrise de soi équivaut à la gestion parfaite de notre stress et de nos émotions et nous ouvre la route de l’épanouissement.

Stress : changer nos mauvaises habitudes

Le stress utilise nos habitudes pour se développer et nous pourrir la vie. il est donc important de comprendre comment il fait. C’est par ce mécanisme il a su se développer au cours des années. Il est donc nécessaire d’arrêter l’ensemble des mauvaises habitudes qui servent à durer dans le temps. Ainsi, où pourront ouvrir la porte à de nouvelles habitudes.

C’est ses nouvelles habitudes qui nous permettront de mieux gérer notre stress sur le long terme.

 

Par cette méthode nous allons nous servir de la même stratégie que celle utilisée par le stress. Ainsi nous pourrons au mieux sur le long terme gérer notre stress jusqu’à le maîtriser totalement.

Il est donc important de comprendre la formation d’une habitude et comment la changer.

 

Comment changer nos habitudes ?

 

Pour changer nos habitudes, il est important d’adopter une vision courte, moyenne et longue. Nos objectifs ont différents résultats sur ces différentes périodes. Nos habitudes nous influencent différemment selon leur intégration notre quotidien.

Plus une habitude inconsciente, plus celle-si nous influencera. C’est la raison pour laquelle les habitudes du long terme sont les plus puissantes. Mais, concernant ces habitudes, il est important de savoir qu’elles sont créées sur le court terme.

 

Il y a donc deux aspects principaux en termes d’habitudes. Le court terme permet de créer les habitudes et de les adapter. En revanche, les habitudes sur le long terme permettent de nous influencer inconsciemment et de nous faire gagner en résultats.

 

Le mécanisme d’une habitude

 

Avant de commencer. Il est important de connaître les chiffres et la théorie des habitudes pour en améliorer leurs pratiques. Il faut savoir que, une habitude met un minimum de 21 jours à s’implanter dans votre esprit et dans notre inconscient.

Pendant cette période, notre cerveau assimilera ces nouvelles actions pour en faciliter leurs pratiques. Maintenant, afin de créer une habitude complètement autonome et inconsciente il nous faut compter 67 journées de pratique.

C’est au travers de ce chiffre que cette habitude deviendra alors banale et parfaitement intégrée par notre esprit conscient et inconscient.

 

Savoir et comprendre la formation et l’entretien d’une habitude permet de mieux se fixer nos objectifs. Ainsi, nous n’arrêterons pas trop tôt et nous n’attendrons pas éternellement des résultats.

Beaucoup de personnes veulent changer leurs habitudes, mais n’en connaissent même pas le fonctionnement.

 

Les habitudes, un facteur sous-estimé

 

Un grand nombre de personnes sousestiment la puissance de leurs habitudes au quotidien dans leur vie. Pourquoi donc sous-estimer une telle influence dans notre routine ? La raison est que nous ne nous rendons plus compte de l’impact de celles-ci sur nos attitudes et nos comportements.

C’est donc quand celle-ci nous provoque du stress que nous ne savons pas d’où celui-ci peut bien venir. Nous manquons de vigilance concernant nos habitudes, car nous les avons assimilés depuis des semaines, des mois ou même des années.

 

Il devient alors urgent de reconsidérer le pouvoir de nos habitudes. Pour se faire, il nous faut prendre du recul, celui-ci nous permettra d’analyser et comprendre notre schéma de fonctionnement quotidien. C’est par son analyse que nous noterons l’ensemble de nos mauvaises habitudes.

Une fois cela de fait nous pourra constater les dégâts qu’elles peuvent amener.

 

Une influence extérieure

 

Nous sommes souvent amenés à copier l’ensemble des habitudes des personnes qui nous influencent au quotidien. Nous reproduisons ainsi les mêmes habitudes de nos proches, de nos amis et de nos connaissances avec qui nous traînons le plus.

De ce fait, il est important de reconsidérer notre cercle social si celui-ci nous impacte négativement. Il ne faut pas oublier que nous sommes la moyenne des personnes avec qui nous traînons le plus.

Afin de nous faciliter la tâche, il nous faut rechercher les personnes qui pratiquent les habitudes que nous cherchons à assimiler.

 

Cette bonne influence quotidienne nous permettra de considérer certaines actions nouvelles comme des comportements normaux. il est bon de nous créer un écosystème positif, encourageant et pratique au quotidien.

 

Garder un état d’esprit flexible

 

Afin de changer nos habitudes plus facilement il nous est capital de garder un état d’esprit adaptable et flexible. En agissant avec une mentalité comme celle-ci, nous augmentons nos chances de réussite dans l’ensemble de nos changements.

Ce courant, est aujourd’hui, le facteur clé d’entreprises telles que les start-ups.

En adoptant cette attitude, elles arrivent à gérer le changement pour profiter de celui-ci afin d’ évoluer et de se développer. Il est possible d’appliquer cette méthodologie et façon de penser aux hommes. La réussite de leur PDG se situe généralement dans l’adoption de ce même état d’esprit.

 

Au-delà d’un gain de temps, un état d’esprit flexible et une mentalité adaptable permettent de grandes économies d’énergie. Or, gérer son stress demandera du temps et de l’énergie. Il nous convient donc d’économiser ces deux principales ressources et des les réutiliser pour notre épanouissement.

Pour conclure

 

Gérer nos habitudes reste la base de la gestion de notre stress, de nos angoisses et de notre anxiété. Il est impossible de changer notre vie sans même changer nos habitudes. Cette base m’a permis de changer la mienne et d’accomplir une chose que je pensais impossible.

Après avoir pris du recul sur mon épanouissement, j’ai compris l’importance des habitudes et j’en ai donc fait une formation.