Apprendre à pratiquer l’acceptation

acceptation stress

L’acceptation est une pratique ancestrale qui permet un des meilleurs techniques de gestion de notre stress aujourd’hui. La gestion, de nos angoisses, anxiété et états de stress est aujourd’hui et encore possibles par le simple fait de les accepter.

Accepter tout et n’importe quoi au quotidien ne rime pas avec le fait de subir notre vie.

 

L’acceptation est un art il faut apprendre et pratiquer au quotidien. Comme toute chose c’est une pratique qui s’entretient dans le temps et qui évolue en même temps que nous. Celle-ci permet une grande prise de recul sur de multiples les événements de notre vie, qu’ils soient positifs ou négatifs.

Vivre dans l’acceptation c’est savoir se maîtriser et contrôler ses émotions par la gestion de nos réactions. Cette pratique peut donner l’impression de survoler les événements ainsi que de ne pas s’impliquer dans leur résolution. Il faut savoir qu’accepter une chose, est meilleure preuve de gestion de celle-ci.

 

Il est important de comprendre les limites et les frontières de l’acceptation, car nous ne pouvons pas tout accepter sous peine de passer à côté de choses importantes.

De plus, la révolte permet également d’évoluer et de prendre de bonnes décisions en temps voulu. Je t’explique tout ça dans cet article.

 

Pourquoi pratiquer l’acceptation ?

 

Pratiquer l’acceptation c’est comme prendre un ascenseur afin d’obtenir un point de vue global de la situation pour la gérer du mieux que possible. L’acceptation nous permet de prendre les meilleures des décisions pour nous permettre ainsi de réduire notre champ d’erreurs.

C’est également un moyen de penser qui demande moins d’énergie pour de plus grands résultats. Cette méthode offre également l’opportunité de trier automatiquement tout le superflu pour trouver et aller directement à l’essentiel.

Penser ainsi c’est réussir à faire preuve d’une maturité conséquente et avantageuse.

L’acceptation rime avec la sagesse et permet donc de gérer au mieux l’ensemble des événements auxquels nous sommes et sera confrontée au quotidien. Nous pouvons la pratiquer pour tous et toutes réactions qu’elles soient les nôtres ou non.

 

Cette pratique est de plus en plus courante au sein du monde hyper connecté que nous côtoyons au quotidien. Nous manquons cruellement d’acceptation aujourd’hui et c’est la raison pour laquelle le stress est plus présent que jamais.

 

L’amour du destin

 

Selon certaines croyances nous possédons tous dans notre intérieur un certain destin qui résume notre parcours et un voyage pour atteindre une destination précise. Ce destin selon les écrits est inviolable et imperturbable.

La théorie raconte donc que nous ne pouvons pas y échapper malgré tous les efforts que nous pouvons entreprendre.

Cette affirmation permet de comprendre que nous sommes tous destinés à des choses précises, quel que soit le parcours que nous entamons afin de les atteindre. “ L’important c’est le voyage et pas l’arrivée” telle est une citation du livre Le Guerrier pacifique.

Le destin nous ramène donc sur le fait que nous devons accepter ce qui nous arrive, car de toute façon l’arrivée sera la même. Nous concentrer ainsi et sur le but final permet donc de faire abstraction et d’accepter les moments qui peuvent être difficiles.

 

Selon des écrits anciens, nous possédons tous un destin. Celui-ci sera atteignable malgré tout ce que nous pouvons faire ou ce qui peut nous arriver.

Ils revient donc, par une pensée rationnelle d’accepter l’ensemble des événements que nous traversons, car nous savons que nous arriverons là où nous devrons être.

 

Un point de vue surélevé 

 

En pratiquant l’acceptation, il nous est nécessaire de prendre de la hauteur constamment. En prenant de la hauteur, nous arrivons à voir plus loin, plus haut et surtout plus clairement.

Ce recul nous permet de voir l’ensemble de la situation sous un autre regard. Celui-ci nous permet de nous détacher de nos émotions que nous ressentons sur le moment. Ainsi, nous ne subissons plus l’impact émotionnel et nous arrivons à mieux penser avec notre raison et notre rationalité.

Le fait de penser de la sorte va nous permettre de prendre des décisions plus claires, plus précises et plus intelligentes et d’améliorer notre point de vue.

Décider de cette manière nous permet de ne pas regretter nos décisions, qui auraient été prises sous l’influence éventuelle de nos émotions négatives. Cette prise de recul est essentielle pour les grandes décisions et c’est elle qui nous amène sur le bon chemin.

 

Le recul est un facteur clé de réussite dans beaucoup de décisions importantes. S’élever pour mieux observer, c’est donc voir l’ensemble des solutions possibles.

Par une telle hauteur et bonne compréhension de la situation, il nous reste juste à choisir la meilleure décision parmi celles envisageables.

 

Gérer la prise de contrôle

 

Avoir le contrôle de nos vies reste un aspect essentiel pour maîtriser nos attitudes et comportement afin de nous rendre là où nous voulons aller. Le contrôle est une chose qui reste positive et méliorative.

Mais, mais quand celui-ci est pratiqué dans l’excès, il peut vite être négatif et justement nous faire perdre nos moyens. Trop vouloir contrôler tout ce qui nous arrive ne laissera aucune place à notre destin.

Le seul problème est quand surviennent des événements non désirés difficilement gérable.

Si nous sommes habitués à pratiquer le contrôle sur tout et n’importe quoi, ce genre d’événements peuvent nous faire chavirer. Comme le dit la phrase “dans la vie tout est bon avec modération“, il en est aussi pour ce qui touche le contrôle.

Il nous est juste nécessaire contrôler uniquement ce sur quoi nous possédons le pouvoir de changement.

 

Contrôler l’incontrôlable revient à avoir des objectifs et des attentes inatteignables. Ceux-ci peuvent nous causer une grande insatisfaction sur le long terme et nous plonger dans la négativité jusqu’à la dépression.

 

Pour conclure

 

Accepter c’est tout simplement vivre et comme nous le devons. Il faut apprendre à reconnaître que certaines expériences douloureuses font partie de notre parcours.

De plus, il nous faut prendre du recul pour optimiser notre prise de décision et réussir à voir plus loin. Pour terminer, il est essentiel de contrôler uniquement ce dont nous avons le pouvoir de changer.

Savoir lâcher prise au quotidien

Savoir lâcher-prise au quotodien

Si nous devions garder une arme pour la gestion de notre stress, ça serait le lâcherprise. Des religions comme le bouddhisme le pratiquent depuis des milliers d’années.

Nous vivons aujourd’hui dans un monde énormément actif, il nous est alors nécessaire de savoir nous détacher de ce mouvement général quotidien. La mondialisation ainsi que la l’information en continu via les réseaux sociaux n’arrange en rien la gestion de notre stress.

Pour gérer au mieux celui-ci dans ce monde, il est important d’apprendre à se déconnecter de ce flux d’informations constantes et stimulantes pour regagner le contrôle sur nos pensées.

 

Il faut nous adapter au monde dans lequel nous vivons, car celui-ci ne s’adaptera pas à nous. Aujourd’hui, les personnes qui ont le pouvoir sont celles qui savent se détacher du mouvement collectif.

En agissant ainsi elles savent trier les bonnes informations, voir les bonnes opportunités et même de prendre soin d’elles.

 

Pourquoi lâcher prise ?

 

Il est aujourd’hui capital de savoir lâcher prise. Les personnes qui réussissent dans notre monde sont celles qui arrivent à prendre le recul nécessaire. Par ce recul elles arrivent à adopter un autre point de vue, elles peuvent donc mieux contrôler leur vie.

Avec un tel recul, elles arrivent également à se détacher émotionnellement de la négativité qui peut les entourer au quotidien. Cette prise de recul n’est donc pas facile lorsque nos émotions sont influencées majoritairement par ce qui nous entoure tous les jours.

Du fait que nous ne pouvons pas nous couper émotionnellement de l’instant présent, il convient juste de se placer en tant que spectateur et d’observer tout simplement.

 

Maintenant que tu connais l’ensemble des bénéfices qu’apporte le lâcher-prise, je vais t’apprendre plus précisément comment t’y prendre. Il existe plusieurs techniques, plusieurs méthodes, mais l’essentiel reste leur but commun qui est et restera de mieux gérer notre stress au quotidien.

 

Savoir ce que l’on peut contrôler

 

Le premier pas vers le lâcher-prise réside en une théorie simple, à appliquer sans modération. Pour comprendre le lâcher-prise, il nous faut tout d’abord comprendre que ce que nous ne contrôlons pas ne peut pas et ne doit pas nous atteindre émotionnellement.

C’est lorsque nous avons intégré ce fait, que la majorité de nos problèmes n’ont pas lieu d’être.

Seules les choses sur lesquelles nous pouvons exercer une influence doivent être considérées. Notre énergie, nos pensées ainsi que nos actions doivent uniquement se tourner vers ce que nous pouvons contrôler. Le reste appartient au monde et nous n’avons pas le pouvoir de le changer.

 

Il faut mettre son ego de côté et accepter le fait que nous ne pouvons pas tout contrôler au quotidien. Cette maladie du contrôle permanent peut créer des frustrations et cette frustration peut se transformer en insatisfaction généralisée dans nos vies.

Celle-ci peut compromettre notre bonheur et notre épanouissement.

 

Voir sur le long terme

 

Beaucoup de choses minimes peuvent créer des grands tracas quotidiens. Ils peuvent nous amener à subir du stress chronique. Ce stress chronique peut se développer et s’entretenir sur du long terme et ainsi atteindre notre santé.

Développer une vision de long terme permet de réduire la taille et l’impact d’un bon nombre de problèmes.

Il suffit de nous demander, en prenant un problème, si celui-ci sera encore présent dans 5 ans. Ou alors, nous pouvons nous demander si dans 20 ans nous penserons encore à ce même problème. Les années ont un grand pouvoir réducteur sur des problèmes qui nous gâchent le quotidien.

Il ne faut donc pas hésiter à les utiliser à bon escient.

 

Voir près permet d’aller plus vite, mais une vision sur le long terme permet d’aller plus loin. Il nous faut retenir que l’ensemble des tracas que nous rencontrons quotidiennement n’ont et n’auront aucun impact sur notre futur.

Il reste donc sage de prendre la décision d’arrêter de les entretenir dès maintenant.

 

Faire preuve d’humour

 

Comme j’ai pu le dire dans de nombreux articles, l’humour peut nous aider à adoucir notre vie. Avoir de l’humour et l’appliquer sur nos problèmes et nos préoccupations nous permet de nous sentir plus grands.

Une particularité de l’humour reste essentielle pour notre bienêtre au quotidien et pour ne pas laisser notre ego nous faire du mal.

Pratiquer quotidiennement l’autodérision permet avant toute chose de rester dans la positivité et de ne pas laisser la négativité nous gagner. En pratiquant cette méthode, nous pourrons également détruire certains obstacles et outrepasser nos pensées limitantes qui nous empêchent de nous épanouir.

Qu’attendons-nous pour faire preuve d’humour ?

 

Au-delà de ses bienfaits personnels et subjectifs, l’humour permet également de faciliter notre socialisation. Quelqu’un de marrant est toujours plus simple à aborder, il permet de partager de bonnes ondes positives. Par leur stress quotidien, beaucoup de personnes cherchent à côtoyer des gens drôles.

Cela permet d’oublier la négativité et de se fondre dans la positivité.

 

Arrêter de se plaindre

 

Les ruminations et plaintes quotidiennes ne nous font pas le moindre bien. Beaucoup de personnes croient encore que c’est en se plaignant qu’elles peuvent extérioriser leur stress. Mais il faut savoir que se plaindre ne fait qu’entretenir nos problèmes donc notre stress et peut transformer cela en anxiété chronique.

La rumination c’est donc la meilleure amie du stress pour nous maintenir dans la négativité. Se plaindre instaure une barrière à la gratitude et ne nous permet pas d’apprécier le moment présent.

Ce comportement, nous pouvons le contrôler, il nous faut juste accepter certaines contraintes afin de ne plus les subir.

 

Les plaintes quotidiennes sont la meilleure communication imaginable pour notre stress. Il se sert de cette technique pour nous rappeler que nous ne pouvons pas nous détendre une seule journée.

 

Pour conclure

 

Le lâcherprise ne tient pas qu’en un seul mot, comportement, ou même attitude. Savoir l’exercer demande une discipline quotidienne et un recul conséquent. Sur le long terme, savoir lâcher prise nous permettra d’acquérir la maîtrise de soi.

La maîtrise de soi équivaut à la gestion parfaite de notre stress et de nos émotions et nous ouvre la route de l’épanouissement.

Réduire son stress avec le moment présent

gérer son stress avec le moment présent

Le moment présent ou la pleine conscience est le meilleur des moyens de ne plus être affecté par l’angoisse et le stress chronique. Dans cet état nous ne nous soucions pas du passé ou même du futur et nous sommes uniquement dans le présent du moment même.

Ce fait permet déjà de réduire grandement notre stress et nos angoisses, car elles viennent généralement de nos regrets ou traumatismes du passé ainsi que de nos inquiétudes pour le futur…

En pratiquant donc la méthode du moment présent, on peut facilement contrôler nos réactions et prendre du recul sur nos états de stress et d’angoisse. Un excellent b parle du sujet, c’est celui de Eckhart Tolle : Le Pouvoir Du Moment Présent.

 

Voici le lien du livre : https://amzn.to/2HPWtTU

 

La pratique du moment présent est donc l’un des principaux chemins de la gestion de notre stress et de notre retour vers le calme et la sérénité. Je vais donc expliquer les principaux aspects de cette pratique.

 

Ne nous somme pas ce que nous pensons

 

Dans le parcours d’application de la méthode du moment présent, il est tout d’abord important de comprendre ce qui nous empêche d’y accéder. Notre corps est composé d’un esprit mental (notre tête), celle-ci est notre raison, notre rationalité et elle nous contrôle.

L’autre partie est plus spirituelle, on peut appeler cela notre âme, c’est notre esprit spirituel, lié à nos émotions et nos ressentis.

Ces deux parties ont deux rôles bien définis. Le seul problème réside dans le fait qu’aujourd’hui les gens utilisent majoritairement leur mental pour avancer. Cela est plus simple, car nous l’influençons par nos pensées et il nous contrôle.

Mais lorsque celui-ci va mal, nous n’avançons plus et sommes dépourvus de toute autre réserve d’énergie. Il faut donc nous ouvrir à la seconde réserve qui est notre réserve spirituelle. Celle-ci contient bien plus d’énergie positive que notre mental.

 

C’est la seconde partie de notre énergie, notre spiritualité, qui va nous servir à entrer dans le moment présent pour gérer et oublier nos états désagréables et négatifs.

 

Notre corps et le moment présent

 

Entrer dans le moment présent c’est réduire le son de notre mental et écouter attentivement notre corps. L’écoute active de notre corps va nous permettre de le considérer entièrement. Par cette écoute, nous plongeons dans un état appelé la pleine conscience.

La pleine conscience est un état de méditation qui peut se pratiquer tous les jours, partout et même avec les yeux ouverts ! Il est important d’être en pleine conscience pour faire taire et contrôler nos pensées négatives ainsi que nos peurs.

Cet état passe par une écoute active de notre corps, une prise de recul sur nos pensées et une acceptation de qui nous sommes et de ce que nous vivons. En pratiquant cette méthode, nous sommes dans le moment présent et pouvons y trouver des sentiments de bonheur et de tranquillité incomparables.

 

La pleine conscience, c’est donc l’écoute de notre corps pour nous plonger dans le moment présent. Cette pratique permet une prise de recul considérable pour une meilleure gestion de nos états émotionnels.

 

Faire taire notre ego

 

Le moi est l’une des grandes sources de l’angoisse et de l’anxiété. Nous considérer trop importants ou pas assez peut causer de grands troubles émotionnels et affecter notre vie et nos relations.

Lorsque l’on pratique la pleine conscience, le moi disparaît. Par le recul que nous prenons, vient alors un autre mode de pensée.

Ce mode de pensée est bien plus grand et voit plus loin que le simple moi, qui pour sa part me limite à nos problèmes et notre insatisfaction. Cette insatisfaction par le “moi” provoque énormément de stress et d’anxiété. Sur le long, nous pouvons même transformer cela en anxiété chronique.

Faire taire notre ego va donc nous permettre de regagner la paix et diminuer la pression. Nous porterons ainsi moins de jugements sur notre vie et celle des autres et réduirons alors énormément nos pensées négatives.

 

En réduisant notre ego qui adore parler uniquement de lui, nous pourrons alors nous fondre dans le moment présent. Cela va nous permettre de penser plus grand et surtout penser plus objectivement.

Nous pourrons ainsi maîtriser notre stress en le dominant par la distance que nous prenons.

 

Des meilleures relations

 

Plonger dans le moment présent permet une grande amélioration de notre dialogue intérieur. Ce dialogue va donc nous permettre, en étant meilleur, de mieux nous considérer.

Si nous pouvons ainsi améliorer notre relation interne, cela touchera positivement également nos relations externes ! Les autres nous apprécieront plus facilement pour notre positivité.

Pourquoi ? Car beaucoup de personnes qui ne savent pas être positives recherchent inconsciemment des personnes qui le sont.

Nos relations sociales sont souvent sous notre influence inconsciente et nous recherchons toujours de la complémentarité d’un point de vue physique et mental. Être dans le moment présent permettra également de développer notre tolérance et ainsi mieux pardonner et plus facilement.

 

L’ensemble de ces faits sont parmi les nombreux qu’apporte le moment présent dans la gestion de nos relations sociales. Il faut d’abord être bien avec soi-même pour vivre pleinement e communauté et apporter aux autres.

 

Un lâcher-prise généralisé

 

La méthode du moment présent c’est surtout savoir lâcher prise. Le lâcher-prise, c’est ce qui va transformer toute négativité en positif. Comment cela fonctionne ?

Majoritairement par l’acceptation de soi et donc de notre condition. Lâcher prise c’est donc accepter. Nous arrêtons ainsi de lutter et de gaspiller notre l’énergie pour entretenir la négativité.

Attention ! Lâcher prise ce n’est pas abandonner, au contraire !

Savoir lâcher prise c’est réussir à trouver une nouvelle voie, un nouveau chemin pour accéder à nos objectifs et être b par le biais de notre attitude mentale positive.

Lâcher prise est primordial, surtout lorsque ce que nous exerçons ne fonctionne pas et pèse sur notre énergie. Savoir le faire c’est gagner du temps, de l’énergie et améliorer nos performances.

 

Pour conclure

 

Le moment présent un état de recul sur nos émotions pour en contrôler l’influence. Celui-ci s’atteint par la pratique de la pleine conscience et de l’acceptation par l’écoute active de notre corps.

Cet état nous permet d’améliorer notre dialogue intérieur et de débloquer notre énergie spirituelle. De ce fait, nous améliorons ainsi nos relations avec les autres.

Cela nous permet de lâcher prise et de nous ouvrir à de nouvelles opportunités pour atteindre ce que nous recherchons.

Comment rencontrer de nouvelles personnes

Comment rencontrer de nouvelles personnes

Rencontrer de nouvelles personnes est l’une des choses les plus enrichissantes après nos propres expériences personnelles. En élargissant ainsi notre cercle social, nous nous ouvrons l’esprit et notre champ de compétences.

 

Les retours d’expériences et les échanges divers et variés que nous pouvons avoir avec des inconnus permettent notre épanouissement. Il est donc important de savoir se faire de nouvelles connaissances et/ou ami(e)s.

 

Et, il faut tout autant savoir entretenir les relations que nous possédons déjà dans nos divers secteurs quotidiens (travail, famille, sport, loisir…). Dans cet article je vais te donner des techniques simples pour élargir facilement ton cercle social et sortir de la solitude.

 

Pourquoi faire des rencontres ?

 

Rencontrer du monde, c’est avant tout ne pas tomber dans la solitude. Les personnes que nous côtoyons au quotidien peuvent être d’une importance capitale dans notre équilibre. Il est donc important d’entretenir et de développer notre cercle relationnel.

 

Il faut également prendre garde à ce que celui-ci soit bienveillant et nous pousse vers le haut. Chez chaque personne que nous connaissons, il y a des réponses à d’éventuelles questions que nous nous posons. Il reste donc important de pouvoir parler ouvertement et facilement avec un bon nombre de personnes.

 

Rencontrer des personnes se traduit donc par de réelles opportunités d’épanouissement ! Pourquoi s’en priver ? Il faut seulement bien savoir gérer nos relations et faire des choix lorsque cela est nécessaire. Je vais donc maintenant expliquer comment élargir son cercle social de manière simple et efficace.

 

S’inscrire à un club de sport

 

Le sport est un excellent moyen de rencontrer de nouvelles personnes. Le sport en équipe est conseillé, car celui-ci permet au-delà de simples rencontres de forger des liens qui peuvent durer. Pratiquer un sport reste déjà excellent d’un point de vue santé, et l’est aussi sur le plan relationnel !

Dans un club, nous trouvons généralement plusieurs équipes, plusieurs âges, plusieurs catégories.

 

Ce qui fait la force de cette diversité est le but commun et la passion d’un sport. Cette passion ou même simple intérêt est le fil conducteur pour facilement prendre et conserver le contact avec un grand nombre de personnes. De plus, être engagé dans une équipe et être responsabilisé de son bon fonctionnement nous amène à nous dépasser.

 

Les clubs de sport sont le moyen le plus simple et le plus bénéfique pour rencontrer de nouvelles personnes. Préférer un sport d’équipe pour accélérer le processus de connaissance et la solidité des liens sociaux peut d’avérer être pratique.

 

Devenir membre d’une association

 

Les clubs de sport sont également des associations, ou des entreprises selon leurs niveaux, qui prônent des valeurs particulières. Ces valeurs se doivent d’être acceptées et partagées par les membres. Les associations caritatives ou non caritatives en sont aussi un excellent exemple.

Dans ces associations, nous retrouvons encore une fois un même but pour une dynamique générale.

 

L’importance du but est capitale et permet de justifier les échanges entre les personnes. De plus, dans l’ensemble des actions que nous effectuons, nous rencontrons également des personnes externes.

 

Les associations sont un excellent moyen de faire grandir son cercle social. Nous pouvons également librement nous essayer à des tâches ou des postes qui ne nous sont pas habituels. Cela permet donc aussi de développer en même temps notre cercle de compétences.

 

Les réseaux sociaux

 

On sousestime encore le pouvoir social des réseaux sociaux. Pour beaucoup de personnes, leur utilisation s’arrête à notre écran et sur nos appareils électroniques. Mais par la création d’événements, ou l’organisation de groupes, nous pouvons très largement nous en servir pour gonfler nos connaissances.

 

Il suffit de choisir un secteur ou un thème dans lequel nous souhaitons interagir et le tour est joué ! Les réseaux sociaux nous donnent en plus l’opportunité de fréquenter des personnes qui se trouvent à l’autre bout de notre région, pays ou continent. Ils possèdent un excellent effet de levier pour nous permettre de faciliter les échanges et donc pourquoi pas même les rencontres !

 

Il ne faut plus sous-estimer l’ensemble des réseaux sociaux. Pour s’en servir du mieux, il suffit de repérer où sont les types de personnes que nous recherchons. Une fois cela de fait, il suffit d’interagir un maximum depuis notre portable et de manière continue pour créer des liens et les renforcer sur le long terme.

 

Sortir !

 

Et si rencontrer des gens se faisait de manière encore plus simple et naturelle ? Sans la moindre excuse. Pour cela, il reste toujours une solution qui marche depuis toujours : sortir. Par sortir, je ne pense pas, obligatoirement à des soirées arrosées ! Mais tout simplement se balader et engager la conversation avec des personnes que nous pouvons croiser.

 

Cette méthode n’est pas la plus facile psychologiquement, surtout si nous sommes timides. Mais d’un point de vue pratique, c’est la plus efficace et la plus directe. La pratiquer permet également de sortir de notre zone de confort de conquérir notre timidité et gagner ainsi, de l’aisance avec les autres.

Même si cela reste donc provisoire, pourquoi ne pas relever le défi ?

 

La rue, les places ou autres lieux publics restent le meilleur moyen de faire beaucoup de connaissances (à condition de sortir de notre carapace). Il ne reste donc qu’à s’essayer à cette pratique et d’engager, de manière la plus simple, la conversation.

De belles surprises attendent ceux qui veulent se prêter à cette méthode.

 

Ne pas oublier de trier et entretenir notre cercle social

 

Un cercle social est comme un beau jardin. Il se doit d’être grand, entretenu à notre image. Inutile de traîner avec des personnes à qui nous ne pouvons rien apporter et qui elles-mêmes ne nous apportent rien. L’idéal reste de garder le cadre de relations gagnantes-gagnantes où chacun investit dans la relation. Si ce n’est pas le cas, il est temps de faire un tri !

 

Il faut également entretenir nos relations sociales selon leur degré d’importance et ne jamais hésiter à recontacter certaines personnes si nécessaire. Nous pouvons le faire autour d’organisations d’évènements, de visites, de partage, etc…

 

Il est donc important de rester dans un schéma donnant-donnant et d’investir dans chacune de nos relations sociales. Y investir c’est aussi les entretenir, pour une durée prolongée, il reste donc important d’investir continuellement.

 

Pour conclure

 

Nos relations ont un rôle clé dans nos vies ! Comme le dit la citation : nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous côtoyons le plus ! Il est donc plus simple que jamais aujourd’hui de se faire des ami(e)s. Les clubs de sports ou autres associations sont des voies traditionnelles pour rencontrer de nouvelles personnes.

 

Mais n’oublions pas l’opportunité qu’offrent les réseaux sociaux ainsi que le simple fait de sortir et d’engager la conversation. Le tout reste de développer constamment notre cercle social et de l’entretenir sur le long terme pour une relation qui se veut être gagnante-gagnante.

Comment retrouver le moral rapidement

Comment retrouver le moral rapidement

Le cafard, le coup de blues, le moral dans les chaussettes, être au fond du seau…

Il existe bien plus d’une manière d’exprimer une baisse de moral. Mais comment donc retrouver ce moral au plus vite pour de nouveau être dynamique ?

Je t’explique dans cet article un bon nombre de méthodes pour retrouver le moral au plus vite et ne plus se laisser aller dans ce flow de pensées négatives.

Pourquoi retrouver le moral ?

Car lorsque notre moral est au plus bas, le moindre effort semble pénible et difficile. Nous nous retrouvons et ne pouvons plus être productifs comme nous le souhaiterions.

De plus, notre moral, par son état affecte l’ensemble de noter système émotionnel. Ce système nous permet d’interagir avec nous-mêmes et les autres. Or, quand celui-ci est affecté par une baisse de moral, il se retrouve donc erroné.

Pour ne plus subir un état émotionnel négatif il reste donc essentiel de retrouver et au plus vite notre moral et de nouveau interagir normalement avec les autres et nous-mêmes.

La baisse de moral est souvent issue de l’intérieur. Elle peut également venir de facteurs extérieurs. Nous allons voir comment résoudre cet état qui peut s’avérer devenir gênant.

Accepter sans lutter

Tout d’abord, il faut bien comprendre que notre moral est avant tout lié directement à nos émotions. Pour que la négativité s’en aille au plus vite il est donc important de la comprendre et de l’accepter.

En le repoussant et en nous plaignant de sa présence, nous la ferons que grossir davantage. Du fait que notre flux soit émotionnel, accepter nos émotions va nous permettre de mieux nous comprendre et de trouver la source du problème au plus vite.

Même si n’arrivons pas à trouver d’où vient cette baisse d’énergie il nous faut quand même l’accepter pour ne pas lui donner plus d’importance.

La compassion avec soi-même est très importante. C’est par cette pratique que nous aidons notre métabolisme et notre physiologie à changer rapidement et dans les meilleures des conditions.

Il nous faut accepter cet état, car nous ne devons pas lutter. Lutter contre nos propres émotions demande beaucoup de volonté et d’énergie. Or nous souhaitons conserver cette volonté et notre énergie à d’autres fins.

Il nous est donc nécessaire d’accepter en faisant preuve de compassion avec nos états émotionnels.

Ranger son ego

Lorsque nous nous ressentons une baisse de moral, nous pouvons par la suite nous sentir stressés et/ou énervés par cet état. Comment cela est possible et qui provoque cela chez nous ?

La réponse est pourtant simple : c’est nous-mêmes ! Notre ego pour nous protéger de la moindre faiblesse mentale et émotionnelle critiquera notre état. Mais il nous faut comprendre que par la critique de cet état, nous nous auto critiquons également.

Le jugement que nous portons sur nous vient donc donner de l’importance et augmenter les effets indésirables de notre baisse de moral. Il convient donc de ne pas écouter notre ego et donc notre jugement sans pour autant eux aussi les rejeter.

C’est lorsque l’on se sent faible que notre ego intervient. Pour nous faire croire que nous sommes forts, celui-ci nous détachera de nos ressentis émotionnels négatifs et nous critiquera par notre propre auto jugement. Cette critique touchera directement notre fierté et peut atteindre d’autant plus notre moral.

Revenir dans la positivité

Comme je l’ai écrit un peu plus haut, une baisse de moral est en lien direct avec la pensée négative. Aussi appelée AMN (Attitude Mentale Négative) ce flow de pensées reste non constructif et nous atteint négativement. De l’autre côté, son opposé reste l’Attitude Mentale Positive (AMP) qui nous permet d’être heureux et de ressentir bien être et confort.

Il faut voir ces deux schémas de pensées comme un talisman à double face. Une face AMN et une face AMP. Il revient à nous seuls de décider sur quelle face nous voulons tourner notre talisman (qui se situent à l’intérieur de nous).

Pour le tourner en AMP, nous pouvons faire tout un tas de choses en lien avec ce mode de pensée. Regarder des vidéos drôles, rêver, écouter de la musique positive, etc…

Il existe plus d’une façon de revenir et rester dans notre attitude mentale positive. Pour se faire, il suffit juste de la provoquer par des actions qui la prônent. Nous seuls avons le pouvoir de tourner notre talisman intérieur.

Lâcher prise

À de nombreuses reprises, une baisse de moral peut être issue d’une trop longue période de pression. Si l’on se met trop de pression sur les épaules pendant une longue période, nous pouvons pendant une courte période de temps perdre notre volonté et donc avoir ne baisse de moral.

Cette baisse de moral reste donc justifiée, car nous l’avons nous-mêmes provoqué. Il nous revient donc de pratiquer une écoute active de nos ressentis et de nos émotions et arrêter d’écouter notre raison et notre mental.

Car ceux-ci par leur trop forte volonté et leur puissance de décision peuvent peser lourd sur le long terme pour nos émotions.

Lâcher prise revient donc à nous fier à nos émotions et à nos ressentis et arrêter d’écouter notre tête. Tout simplement. Cela peut prendre plus ou moins de temps selon la longueur et l’intensité de la période que nous avons traversé.

Bien s’entourer

Plus notre  cercle social proche est bienveillant et positif, plus vite nos baisses de moral peuvent disparaître. Il convient donc, lorsque nous en éprouvons le besoin, de revoir nos ami(e)s

Ils peuvent nous faire un bien fou. Comment ?

Tout d’abord par leur regard extérieur sur la situation, ils peuvent nous permettre d’y voir plus clair. De plus, ils nous parleront toujours avec empathie et compassion, cela nous aidera à faire de même à titre personnel.

De plus, revoir nos connaissances et/ou notre famille nous permettra de nous concentrer sur eux et d’oublier notre baisse de moral pour nous intégrer dans un sentiment collectif.

Nos ami(e)s et nos proches restent toujours nos thérapeutes les plus proches et les plus efficaces. Ils nous connaissent bien et ont un regard bienveillant sur nous, pourquoi donc ne pas les solliciter si nous en éprouvons le besoin ?

Ils seront ravis de nous aider, car cela les mettra eux aussi dans de la positivité.

Pour conclure

Pour retrouver notre moral, il nous est donc nécessaire en premier lieu d’accepter cet état émotionnel sans le rejeter. Il nous faut par la suite ranger notre ego pour ne pas nous critiquer et nous juger et plonger encore plus dans la négativité.

La positivité est l’arme de lutte contre la baisse de moral il faut donc tout faire pour se fondre dedans, chacun sa méthode !

Pour terminer, lâcher prise et bien s’entourer nous permettra de réduire et d’oublier cette négativité en éprouvant de la compassion pour notre situation et donc plus vite la résoudre.